Les dynamiques spatiales des activités productives

Résumé : L'objet de ce chapitre est d'étudier comment il est possible, selon une optique d'économiste industriel, d'appréhender la question de la géographie des activités productives 1. Il s'agit d'analyser la manière dont se localisent dans l'espace les activités qui visent à la production, des biens mais aussi des services. S'intéresser aux dynamiques spatiales des activités productives c'est s'intéresser à leur géographie tout en gardant à l'esprit que ces activités sont mobiles dans l'espace, qu'il existe des forces, centripètes et centrifuges, qui viennent déterminer, infléchir ou rendre caduque la localisation des activités. Etudier la mobilité ne signifie cependant pas que tout, et tout le temps, bouge. Des forces d'inertie existent et c'est aussi à leur caractérisation qu'il convient de s'employer. Penser l'inertie semble d'autant plus crucial à un moment où le spectre de la délocalisation, de « l'évidement » industriel des pays développés, grandit dans l'opinion publique, ce que cristallisent les termes de mondialisation et de firme multinationale. La mondialisation des économies n'est certes pas un phénomène récent mais une rupture semble se produire durant la décennie quatre-vingts autour d'une mobilité croissante des capitaux productif et financier (Michalet, 2002). Les flux d'investissements directs à l'étranger (IDE) s'accélèrent, dépassant largement la croissance d'un commerce international pourtant plus dynamique que la croissance mondiale, ce qui traduit une extraversion croissante des économies et une internationalisation croissante de la production. Au-delà des flux, cette internationalisation productive se matérialise dans l'augmentation du nombre de firmes multinationales (FMN) au cours des dernières décennies. D'après les données de la CNUCED, alors qu'elles étaient estimées au nombre de 11 000 à la fin des années 1970, 37 000 au début des années 1990, les FMN seraient désormais 79 000 contrôlant 790 000 filiales et réalisant 31 milliards $ de chiffre d'affaires (CNUCED 2008). Forgeant des oligopoles mondiaux, les très grandes entreprises de la Triade dominent. Mais le mouvement d'internationalisation concerne également certaines PME, tandis que le poids des pays hors Triade s'élève avec notamment le développement de multinationales originaires des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Une autre évolution notable est l'extension sectorielle du phénomène. L'industrie au sens sectoriel du terme est désormais rejointe par les services, notamment, mais pas uniquement, financiers ou d'assurance 2. Dans cette extension quantitative et qualitative, les FMN constituent tout autant les preuves du processus de mondialisation actuel qu'elles en sont les vecteurs. Par leurs décisions d'implantations et de re-localisations, elles infléchissent la géographie économique mondiale instituant les spécialisations des pays, ré-orientant et gérant les flux commerciaux (les échanges intrafirmes représentent 1/3 du commerce mondial) et participant de manière croissance à la diffusion des technologies et des cultures. Par leur poids économique et leur autonomie, elles interrogent les régulations nationales et internationales, suscitent des questions sur la souveraineté des Etats (Michalet, 2002), alors que les débats concernant la nationalité de la firme (CGP, 1999) et l'avènement d'une Firme Globale apatride encore mythique à bien des égards (Doremus, Keller, Pauly, Reich, 1998) sont régulièrement ré-ouverts. 1 Cet ouvrage comprend un chapitre dédié à la géographie des activités d'innovation dont les logiques de localisation et les outils d'analyse diffèrent assez sensiblement de ceux que nous mobiliserons dans ce chapitre. 2 Le lecteur trouvera des données empiriques au niveau mondial dans CNUCED (2008) et OCDE (2005). Sur la France, signalons la publication du SESSI (2006) où différents aspects de l'internationalisation des FMN sont abordés à partir de l'enquête « Echanges internationaux intragroupes » menée en 1999.
Complete list of metadatas

Cited literature [132 references]  Display  Hide  Download

https://hal.uca.fr/hal-02385445
Contributor : Damien Talbot <>
Submitted on : Thursday, November 28, 2019 - 6:05:40 PM
Last modification on : Friday, December 6, 2019 - 1:38:13 AM

File

Preprint Chapitre 5 Industries...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : hal-02385445, version 1

Collections

Citation

Marie Coris, Vincent Frigant, Jean-Bernard Layan, Damien Talbot. Les dynamiques spatiales des activités productives. M.C. BELIS-BERGOUIGNAN, B. JULLIEN, Y. LUNG, M. YILDIZOGLU Industries, Innovations, Institutions, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011. ⟨hal-02385445⟩

Share

Metrics

Record views

7

Files downloads

12