Évolution du statut de l’individu dans le milieu de la santé en France

Résumé : Sans doute, faut-il considérer que l’individu se distingue par son contraire : la collectivité, le groupe. Dans une relation singulière (le colloque singulier) entre un médecin et son patient, on a affaire à la confrontation de deux personnes. La notion d’individu dans ce cas n’a plus de raison d’être, la pression collective étant quasi absente. Le séminaire avait d’ailleurs été l’occasion de discuter la notion de personne en santé. En éthique, on cite l’arrêt Teyssier de 1942 et le Code de Nuremberg (1947) comme textes fondateurs des droits des malades. C’est généralement à partir de ces textes, que l’on a commencé à envisager le malade comme une personne, en se basant sur les Droits de l’Homme. Pourtant, bien qu’il soit « fondamental que la personne soit placée au centre des finalités de toute action institutionnelle, […] les hôpitaux, institutions sanitaires par vocation », ont, «pour certains, oublié leur mission d’assistance et de santé publique, au profit des disciplines médicales, faisant passer les intérêts des patients après les impératifs de gestion, par souci d’assurer leur propre pérennité » (Hervé, 2000).
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal.uca.fr/hal-02135460
Contributor : Julie Pironom <>
Submitted on : Tuesday, May 21, 2019 - 12:13:17 PM
Last modification on : Wednesday, November 20, 2019 - 3:08:19 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-02135460, version 1

Collections

Citation

Marie-Ange Grondin, Dominique Berger. Évolution du statut de l’individu dans le milieu de la santé en France. Du mot au concept : individu, PUG, pp.189-207, 2015, 978-2-7061-2108-1. ⟨hal-02135460⟩

Share

Metrics

Record views

27